Spandex in the City #10 du 16 juillet 2009

Draguer ou ne pas draguer

Par Sapphire

Telle est la question.

Être un super héros n'est pas un boulot facile. Et ce n'est pas surprenant, qu'à la fin de la journée, vous vouliez rentrer à la maison où quelqu'un d'accueillant, de réconfortant, et de mignon vous attend. Quelqu'un qui vous aime et qui vous rappelle quotidiennement pourquoi vous vous battez.

La difficulté à trouver cette personne n'est pas surprenante non plus.

La première question, bien sûr, est de savoir si vous voulez vraiment rencontrer des gens. Je ne peux pas parler à la place des autres supers héros, mais je sais que je débats souvent de la question. J'admets que j'aimerais avoir un petit ami avec qui faire des câlins. J'aimerais avoir ce petit frisson quand je reçois un appel et que je me demande si c'est mon petit chéri qui m'appelle. J'aimerais un homme charmant qui me fasse chanceler, m'emmène dîner, et qui serait mièvrement mignon avec moi. Mais.

Mais. Tous les gens qui sortent avec moi finissent en première page de « Supernaturals Weekly ». Les journalistes spéculeront sur le fait qu'il puisse avoir des supers pouvoirs, ce qui signifie que des apprentis super vilains tenteront forcément de le provoquer en duel. Ou ses amis et sa famille se demanderont si c'est moi qui le contamine avec mes pouvoirs mutants. Ou il va se retrouver avec des paparazzi fouillant ses poubelles et inventoriant ses repas surgelés. Ou, soudainement, son ex-petite amie fera des interviews révélations avec Christine Hewitt.

Beaucoup de gens ne peuvent supporter cela. Et pourquoi le devraient-ils ? C'est une énorme atteinte à leur sphère privée à cause de ma carrière. Ce n'est pas une surprise si les relations se terminent avant d'avoir commencé, juste à cause de toute cette exposition publique. Et, je l'avoue, je fais très attention. Je sais qu'il y a des mecs qui demanderont de l'argent pour faire une interview révélation sur notre relation. Je ne veux pas me retrouver comme Talisman, avec son ex-petit ami qui vend des cassettes vidéos de leurs ébats.

Même si vous trouvez quelqu'un qui supporte le regard du public, les relations sont chronophages ! Mon super héroïsme ne me laisse pas beaucoup de temps libre. Et je ne peux absolument pas tenir un agenda précis. Je n'ai aucune influence sur le moment où les néo-pourpres décident de lancer une émeute, où quand Mindslayer s'apprête à braquer l'accueil d'une clinique. Je n'ai pas le temps de faire des sorties romantiques, mais même si je pensais l'avoir, ce rendez-vous pourrait être interrompu ou repoussé parce que je dois sauver la situation.

Pendant un moment, j'ai eu une relation avec un politicien élégant et sûr de lui (et non, je ne donnerai pas de noms, merci). Il comprenait l'exposition publique, parce qu'elle faisait déjà partie de sa vie. Il comprenait aussi la discrétion, pour des raisons similaires. Je n'avais pas besoin de me demander s'il était avec moi juste pour l'attention médiatique que ça lui apportait, vu qu'il en avait déjà bien assez pour sa part. Et il se sentait de même. Nous pouvions partager nos anecdotes de personnalités publiques. Et il comprenait mon emploi du temps chargé, vu que le sien l'était tout autant.

Mais. Ce qui a fini par l'achever était l'imprévisibilité totale de mon agenda. Quand nous trouvions un moment où il n'était pas en réunion, et où je n'étais pas en tournée et que nous pouvions passer une soirée ensemble au restaurant, il fallait qu'Armadillo attaque la banque d'à côté. Et ça arrivait régulièrement. Puis ce beau politicien sûr de lui finit par admettre qu'il n'arrivait pas à gérer mon attention si éclatée. C'était déjà assez dur, d'avoir une moitié de couple avec une vie complètement folle. Être deux dans ce cas relevait quasiment de l'impossible. Je ne pouvais pas nier cette idée. Je n'allais pas raccrocher mon costume de super héros pour lui. Il n'allait pas abandonner sa carrière politique pour moi. Donc nos chemins se sont séparés.

Je pensais que ça allait juste être une courte chronique sur les rendez-vous, mais je réalise que je n'ai même pas commencé à gratter la surface de la complexité que cela peut atteindre. Il va falloir que nous remettions ça !

À la prochaine !

"Pour la Justice, la Mode, et le Rockn'roll !"

Précédent
Spandex in the City #11 du 23 juillet 2009

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Champions Online ?

134 aiment, 36 pas.
Note moyenne : (192 évaluations | 17 critiques)
5,4 / 10 - Moyen
Evaluation détaillée de Champions Online
(33 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

201 joliens y jouent, 624 y ont joué.